L'histoire de Val-David

 

La maison Cécile et Stolan Davidson

par Claude Proulx (2000)

Une maison historique digne des premiers colonisateurs du Canton de Doncaster. Le site se trouve au 1830, Montée du 2e rang à Val-David.

En 1876, Louis Lachaine alors célibataire se porte acquéreur d’une terre; une partie du lot numéro quatre, dans le deuxième rang du Canton de Doncaster, lieu qui se trouve à cette époque, dans la Municipalité du Canton de Doncaster, aujourd’hui Municipalité de Ste-Lucie. Dans son rôle d’évaluation, daté du 5 août 1878, la Municipalité du Canton de Doncaster donne Louis Lachaine comme étant propriétaire d’une partie du lot no.4, ayant une valeur de trente-deux dollars. Louis Lachaine y bâtit une maison familiale et une grange, vers 1880, à la faveur des moyens de construction et financiers de l’époque. La maison est érigée en bois de pièce sur pièce, bien assise sur des fondations de pierres des champs. Le toit est recouvert de bardeaux de cèdre. Les murs extérieurs de la maison seront plus tard lambrissés de bardeaux de cèdres. Louis Lachaine se marie en premières noces à Arzélie Cousineau, qui décède le 9 octobre 1921. De ce couple naissent ; Alzire et Marie-Anne leurs filles ainsi que Wilfrid, Édouard, Adonias et Émile, leurs fils. Ce dernier, Émile, est le père d’Armand, Laurier, Ernest et Denis Lachaine.

Le 30 mars 1883, le territoire de la Municipalité du Canton Doncaster qui était jusqu’alors rattaché au Comté de Montcalm, est détaché pour être annexé au Comté de Terrebonne. Puis en 1921, une partie s’en détache et qui appartiendra à la Municipalité de St-Jean-Baptiste de Bélisle, aujourd’hui Val-David. Il s’agit d’une partie du rang un, lots nº. 1 à 13; une partie du rang deux, lots nº. 1 à 13 et une partie du rang 3, lots nº. 9 à 13. Comme on peut le constater, la maison de Louis Lachaine lors de sa construction se trouvait sur le territoire de Ste-Lucie.

Le sept mars 1921, Louis Lachaine se donne à un de ses fils et il fait rédiger par le notaire Ludger U.Chaussé à Sainte-Agathe-des-Monts, un acte de donation de ses biens à son fils Édouard Lachaine, qui comprend : « une terre située et connue sous le numéro quatre dans le deuxième rang du dit canton de Doncaster, avec bâtisses ». La lecture de cet acte est un véritable roman.

Le 25 août 1947, dans son testament, Édouard Lachaine lègue ses biens à son épouse Claire-Ida David.Il décède la même année à l’âge de soixante-trois ans.

Le 4 août 1949, Claire-Ida David-Lachaine, la veuve d’Édouard Lachaine, vend la maison et le domaine familial à son fils Robert Lachaine pour la somme de mille dollars, plus la responsabilité de payer une redevance à l’Office du crédit agricole du Québec de 1231,75 $, payable à raison de trente dollars tous les six mois.

Le 12 mai 1945, Stolan Davidson, menuisier de son état, fils d’Adélard de St-Thècle en Mauricie, se marie à une des plus belles filles de nos cantons : mademoiselle Cécile Monette, fille d’Alexandre Monette et de Emma Ritchie. Le couple habite au village à proximité de l’église.

Le premier juin 1951, Stolan Davidson se porter acquéreur de la maison et de son terrain, sur le lot 4 du 2e rang, du Canton de Doncaster; « en arrivant ici au début de juin, nous avons constaté qu’il nous fallait faire de nombreuses améliorations à la maison. Nous nous sommes mis au travail. Comme il fallait aller chercher l’eau à la source, on a construit un puits à une centaine de pieds de la maison. » Comme nous racontent Cécile et Stolan. « L’installation du téléphone, à la sonnerie : deux petits, un grand, en 1952, puis de l’électricité en 1953 nous a rapproché des villageois. »

Stolan Davidson fait plusieurs réparations et rénovations à la maison familiale. En 1955, le solage est consolidé pour remettre la maison au niveau. Vers 1965, les murs extérieurs sont lambrissés de stucco puis en 1979 le toit est recouvert de tôle. Les pièces de commodités familiales à l’intérieur sont depuis 1951, en constante évolution pour assurer au clan Davidson qui s’élargit, tout le confort familial, car l’air des montagnes du 2e rang est propice.
Sur le terrain, se trouve un petit paradis comme l’exprime Cécile. Conçu, aménagé et entretenu par le fils Jean, un magnifique jardin de fleurs, d’arbustes et d’arbres fruitiers fait l’admiration des amis visiteurs, digne des jalouseries que pourraient avoir certains autres jardins de la région.
Madame Cécile Monette et son époux monsieur Stolan Davidson ont eu huit enfants, encore tous vivants : Diane en 1946, Jean en 1947, Danielle en 1949, les jumelles Michèle et Micheline en 1950, Johanne en 1955, Normand en 1956 et Anne-Marie en 1960, qui ont donné à leurs parents seize petits-enfants et un arrière-petit-fils, petit-fils de Jean.

Nous sommes fiers de ces belles grandes familles, les Lachaine, les Monette et les Davidson. Ils ont travaillé durement à bâtir notre village. Elles encadrent bien le patrimoine humain de Val-David.