L'histoire de Val-David

 

La maison Joseph-Monette

La maison Joseph-Monette depuis 1885.
Habitée aussi par la famille d’Émile et Bertha Lachaine et leurs 13 enfants

Par Claude Proulx (2000)

Le paysage humain de Val-David depuis l’arrivée des premiers colons sur notre territoire dans le Canton de Morin en 1849, s’est modifié dans la foulée des élargissements des familles; leurs enfants, durent s’établir ailleurs et plusieurs choisirent le Canton de Doncaster et d’autres Sainte-Agathe dans le Canton de Beresford. Le site d’origine historique traité ici, se trouve au 3254, rue Lachaine, sur une partie du lot numéro cinq, dans le deuxième rang du Canton de Doncaster, à Val-David.

Du point de vue géographique, l’histoire du Canton de Doncaster débute le 28 avril 1858. Ce jour, le Gouvernement du Bas Canada proclamait « Le Canton de Doncaster », un territoire de onze milles par dix milles. Le 1er janvier 1874, ce vaste territoire est organisé sous le nom de Municipalité du Canton de Doncaster. Ce territoire comprend encore aujourd’hui, dans sa partie sud-est La Réserve indienne des Mohawks, de 36 milles carrés. Le 17 août 1875, par Proclamation, la Paroisse de Ste-Agathe-des-Monts s’annexe les huit premiers lots du Canton de Doncaster (1,5 milles par 10 milles). En 1962, la Municipalité du Canton de Doncaster change de nom pour celui de Municipalité de Sainte-Lucie. Avec la fondation de La Municipalité de St-Jean-Baptiste de Bélisle en 1921 qui change de nom pour La Municipalité du village de Val-David en 1944, Val-David s’annexe les lots 1 à 13 du premier rang de Doncaster, les lots 1 à 13 du 2e rang de Doncaster et les lots 9 à 13 du 3e rang de Doncaster. L’odonyme Doncaster, tire son nom d’une ville d’Angleterre. Ce nom a été donné, lors des travaux d’arpentage de notre région en 1840, par un capitaine de l’armée anglaise, arpenteur, né à Doncaster dans le comté du South Yorkshire de la Grande Bretagne.

En 1875, Joseph Monette, père, obtient un Bon de colonisation et devient propriétaire du lot numéro cinq dans le 2e rang du Canton de Doncaster. Dans son rôle d’évaluation, daté du 5 août 1878, la Municipalité du Canton de Doncaster confirme les titres de propriété de Joseph Monette, pour une valeur de quarante-cinq dollars. Joseph Monette se marie en 1885 à Louise Gohier dans l’église de Ste Lucie, le mariage est célébré par le Curé Jean-Baptiste Vaillancourt. Joseph et Louise Monette se construisent une maison au lieu précité. La maison de deux étages est érigée en planche de bois, sur des fondations de pierres des champs. Le toit est recouvert de bardeaux de cèdre. Les murs extérieurs seront plus tard lambrissés de bardeaux de cèdres. On y construit une grange pour abriter un cheval, une vache et quelques animaux de ferme.

En 1900, Joseph Vendette et son épouse Donalda Lachaine achètent la maison et le lot no.5 Joseph Vendette meurt le 26 août 1921.

Le 11 mai 1914, Émile Lachaine, fils de Louis, se marie à Bertha Marinier. Le couple se construit une maison sur le lot numéro six, dans le 3e rang de Doncaster. Là, ils auront six enfants : Fernand, 1915, Annette 1916, Bertrand 1918, Florent 1920 et Léonard 1921.

Le 27 septembre 1921, Émile Lachaine achète le lot no 5 et sa maison avec dépendances, de dame Donalda Lachaine, veuve de Joseph Vendette. La transaction est de l’ordre de 1,500 piastres, dont 600 piastres payées comptant et la balance payable en versements annuels de 100 piastres, sans intérêt. La famille déménage dans la nouvelle maison. Bertha Marinier et son époux Émile Lachaine auront sept autres enfants dans cette maison : Laurier 1923, Réal 1926, Armand 1928, Denis 1930, Ernest 1932, Bernard 1934, Léo Paul 1937 et Louise 1940.

En 1963, Armand et Bernard Lachaine, deux fils d’Émile, achètent de leur père une grande partie du lot numéro cinq. Ce terrain sera morcelé et vendu en partie à : Gilles Gouin et à Marie-Claire Blais. Cette dernière revendra sa terre en 1999 à Josée et Gilles Vaillancourt.

En 1964, Ernest Lachaine, fils, devient propriétaire de la maison de son père ce qui lui laisse une superficie de terrain de 3,337 mètres carrés au 3254, rue Lachaine. Ernest Lachaine décède le 26 juin 1993 à l’âge de 61 ans. Il laisse la maison à ses héritiers vivants, frères et sœurs.

Le 25 septembre 1993, la Succession d’Ernest Lachaine vend la maison à Pierre Loiselle, professeur à Trois-Rivières et à sa sœur Denise Loiselle, également professeur à Montréal. Pierre Loiselle épouse en 1999, Anne-Marie Davidson, fille de Cécile et Stolan Davidson. Pierre et Anne-Marie qui résident à Trois-Rivières avec leurs quatre enfants : François-Xavier 9 ans, Mathilde 11 ans, Marjolaine 18 ans et Marie-Christine 19 ans, fréquentent régulièrement leur maison de campagne de la rue Lachaine à Val-David. Durant l’hiver 1995-1996, le feu ravage une grande partie de la maison. Les propriétaires s’empressent de faire rénover et réparer, tout en conservant le cachet de la bâtisse, ce qui fut exécuté avec la plus grande minutie par les artisans de la construction, sous la supervision de Pierre et Anne-Marie Davidson.