L'histoire de Val-David

 

La maison Maurice-Rivard, bâtie par Urgèle Labelle en 1931

par Claude Proulx (2000)

LA MAISON MAURICE-RIVARD est située au 1325, rue de la Sapinière à Val-David, au coin de la rue de l’église, sur une partie du lot trente et un dans le onzième rang du Canton de Morin.

Le dix octobre 1859, un monsieur Louis Champagne obtient un Billet de location (colonisation) pour le lot 31, lequel couvre une superficie de 137 acres. En 1890, Narcisse Ménard, un des trois premiers colonisateurs de notre village, achète le lot 31 de Louis Champagne. En 1892, La Montreal & Western Railways achète 4,12 acres de terrains sur le lot 31, pour la venue du Chemin de Fer. Le 23 mars 1897, le Département des Terres, Forêts et Pêcheries émet les Lettres Patentes à La Montreal & Western Railways pour 4,12 acres de terrain que la compagnie occupe sur ce lot depuis 1892.
Au décès de Narcisse Ménard en 1896, le lot 31 devient la propriété de son fils Anthime, pour le reste du lot soit : 132,88 acres. Les Lettres Patentes du Département des Terres et Forêts sont livrées à Anthime Ménard en date du dix-huit octobre 1912.

Le vint-deux septembre 1931, Urgèle Labelle, cultivateur, résidant sur le lot 24 du 2e rang du Canton de Doncaster, à Sainte-Lucie, depuis 1878, achète pour la somme de quinze cents piastres, la plus grande partie du lot 31, soit 72 arpents de terres qui s’étendent de la voie ferrée, jusqu’aux limites du 1e rang du Canton de Doncaster, aujourd’hui alentours du territoire du Mont-Plante. Urgèle Labelle y construit une maison, et un chalet. Ces bâtiments sont simples et du type d’architecture conventionnel de l’époque.

Le vingt-trois septembre 1942, Marthe Labelle, la fille d’Urgèle, achète de la succession de son père, pour 1500 dollars, la maison et le chalet, sur une parcelle de terrain du lot 31 dont les limites se trouvent de la voie ferrée jusqu’au terrain de l’école St-Jean-Baptiste, et de la rue de l’église à la rue Piché. À cette époque la côte de la rue de l’église menant à la Mairie n’est pas encore ouverte.

Le dix décembre 1956, Monsieur Maurice Rivard et son épouse Anita Briggs, deviennent acquéreurs des propriétés de Marthe Labelle, pour la somme de huit mille dollars. Une condition s’impose : que Marthe Labelle occupe gratuitement un petit logement au deuxième étage, car elle aime Val-David et souhaite y résider encore quelques années. La générosité d’Anita et de Maurice Rivard fait qu’ils en conviennent ainsi. Marthe Labelle y résidera jusqu’en 1970. La maison est agrandie pour accommoder la famille au premier étage et les locataires au deuxième.
Maurice Rivard, né le trois avril 1915 et Anita Briggs, née le deux février 1923 à Montréal se sont mariés à Longueuil le trente et un octobre 1944. De cette union, ils ont eu six enfants : Pierre, à Montréal, le six février 1946; et à Val-David, Lise, le onze juin 1947; Gilles, le quinze décembre 1949; Yves, le vingt et un septembre 1951; Suzanne, le quinze septembre 1956 et Martine, le dix-sept décembre 1963.

Avant de se marier, monsieur Maucice Rivard, s’enrôle dans la marine des Forces Armées Canadiennes et navigue sur les bâtiments de guerre jusqu’au 31 août 1945, date de sa libération. En 1946, Anita et Maurice Rivard avec leur fils Pierre, arrivent à Val-David. Maurice Rivard est nommé Maître de Poste à Val-David le 30 décembre 1946, office qu’il occupe jusqu’au 28 février 1962. Rappelons qu’Anita Rivard est la sœur de Maurice, l’épouse d’Arthur Saint-Louis, ce vénérable personnage qui a occupé le poste de Secrétaire trésorier de notre municipalité de 1936 à 1939 et de 1969 à 1971. Maurice Rivard a occupé le poste de conseiller municipal de notre village. Maurice Rivard décède le 24 décembre 1979 et Anita Briggs-Rivard quitte ce monde le 16 octobre 1987.

Le seize avril 1984, Pierre Crête et son épouse Brigitte Morin de St-Sauveur, se portent acquéreurs des propriétés de la succession d’Anita Briggs-Rivard. Le terrain occupe maintenant une superficie de 1,063 mètres carrés (11,437 pc). Le couple habite au deuxième étage avec leurs fils Dominic 7 ans et Olivier 9 ans. Au début de 1985, Pierre Crête y ouvre un restaurant et une boîte à chansons. Pierre est cuisinier et Brigitte sert les repas. L’endroit est bien fréquenté par les gens de la place et surtout par les artistes et chansonniers de la Butte à Mathieu.

Le 23 juin 1987, Jean Cazeaux, né à Pontoise, France et Denis Dufort achètent l’établissement pour perpétuer le commerce, lequel devient un lieu très fréquenté. C’est le rendez-vous populaire du village pour les gens de musique country et pour une bonne bière. Cazeaux et Dufort font de multiples rénovations au bâtiment. Citons le tambour à gauche de la bâtisse qui donne une nouvelle allure à l’architecture et l’escalier que l’on installe à droite pour les locataires du deuxième.

Le quatorze octobre 1998, Lorraine Dozois de Montréal, devient la propriétaire de la maison et du commerce. Depuis l’arrivée de Lorraine Dozois, le commerce devient un lieu très fréquenté par les cyclistes et les sportifs du ski de fond qui fréquentent le Parc Linéaire du P’tit Train du Nord.

Merci à toutes ces belles familles qui ont pris un soin particulier pour conserver ce bâtiment historique de notre village.