L'histoire de Val-David

 

La Maison de Bavière en 1943. Dessin de Sonia Paquin, 2000.
La Maison de Bavière en 1943. Dessin de Sonia Paquin, 2000.

La maison de Bavière (côté rue). Photo Claude Proulx, 1998.
La maison de Bavière (côté rue). Photo Claude Proulx, 1998.

La maison de Bavière (côté du pont). Photo Claude Proulx 1998.
La maison de Bavière (côté du pont). Photo Claude Proulx 1998.

La maison de Bavière

par Claude Proulx (2000)

Très souvent, il m’arrivait d’aller rêver sur le pont de l’île ; de là, j’admirais les vieilles grosses roches et les digues, qui ralentissaient le cours de la rivière ; les cascades m’étourdissaient, m’envahissaient et j’étais fasciné par l’idée qu’un jour je devrais vivre dans les vieilles pierres de fondation de l’entrepôt du Vieux Moulin de monsieur Bélisle.
. « André Lesage »

S’il est seize heures, suivez le soleil et à deux bonds de cerf du noyau villageois vous découvrirez l’endroit qui voisine les vieilles digues de béton de l’ancien Moulin Bélisle et les immenses rochers de l’ère d’érosion glaciaire.

Juste en aval d’un virage de cascades torturées que prend ce cours d’eau qui donne sur le Parc des Amoureux, La Maison de Bavière se situe sur les berges de la Rivière du Nord, au 1470, du Chemin de la Rivière. Un petit joyau touristique nous accueille avec un écriteau, au-dessus d’une arche voûtée plein cintre, tiré d’un proverbe bavarois :

GrüB Gott tritt ein – bring Glück herein
Bonjour Dieu, entre donc, et
apportes-nous la chance !

En juillet 1967, André Lesage achète un terrain de 4 200 pc, avec deux bâtisses dessus érigées. C’est donc sur ces vieilles fondations de pierre d’un entrepôt qui servait au vieux moulin à scie et qui fut détruit vers 1963, puis aussitôt reconstruit en une petite maison d’architecture pittoresque par Rosaire Leroux le fils d’Albert, qu’André Lesage poursuit la réalisation de son rêve, de vivre dans ces vieilles grosses roches qui l’avaient jadis tant fasciné.
Ce terrain avait été la propriété antérieure des multiples opérateurs du moulin à scie et notamment : Louis Papineau en 1852, Gilbert Barbe, Casimir Papineau, Grégoire Labelle, Joseph Bélisle, Achille Valois, Alexis Poitras, Joseph-Roch Larocque et enfin Albert Leroux.

La transaction de 1967 est finalisée chez le notaire le 26 août 1975 suite à un litige de partage de terrain.

Le sept juin 1971, André Lesage achète, une parcelle de terre de 3,730 pieds carrés, de Florent St-Louis, qui lui, l’avait acquise d’Albert Leroux le sept août 1964 ; ce dernier l’ayant achetée de Joseph-Roch Larocque le 20 janvier 1927. Elle avait été aussi la propriété d’Alexis Pointras jusqu’au 7 avril 1908.

Puis pour consolider son domaine, Lesage acquiert un petit lot de 1,765 pieds carrés, de Rémi Vézina le 23 août 1974, ce qui lui donne une superficie de 9,775 pieds carrés.

Et, cette même année il procède à l’érection d’une petite rallonge pour ainsi créer un logement pour sa sœur Yolande.

Durant une quinzaine d’années, André Lesage voyage beaucoup à l’étranger. Diplômé de l’École de Ski française, il est instructeur de ski en Haute-Savoie et devient aussi G.O. pour le Club Med à Port-au-Prince en Haiti. Il y rencontre Ute Schule, une jolie jeune allemande, qui est, elle aussi G.O. dans les îles avec lui. Ils se marient à Val-David en 1982.

Le couple Schule-Lesage se met au travail et procède à des agrandissements importants de leur petite maison. Ute, professeure d’éducation physique, obtient un travail à la Polyvalente des Monts à Sainte-Agathe.

Les talents artistiques d’Ute sont mis en valeur dans la maison qu’ils habitent. Bientôt, elle reçoit plusieurs commandes pour peindre des volets de fenêtres d’inspiration bavaroise. Son premier client, l’Auberge Le Rouet, en amène d’autres.

Son style de décoration est admiré des villageois. Nous admirons ici et là l’œuvre de notre artiste, sur les bâtiments commerciaux et résidences privées du Village.

Le besoin d’agrandir la maison se fait sentir. En 1984, on érige du coté sud, un atelier qui sert à la fabrication d’objets de décoration, d’articles et de dessins bavarois.

Le bâtiment est un peu éloigné de la maison familiale. En 1986, on agrandit l’Atelier bavarois pour le lier à la maison.

En 1990, les Schule-Lesage fondent La Maison de Bavière. Une auberge de type Bed & Breakfast qui offre quatre chambres à coucher. Le couple ne cesse de décorer, d’aménager l’intérieur de leur résidence privée et de leur auberge avec les plus grands soins et le bon goût.

L’ensemble des nouvelles rallonges érigées depuis la première acquisition par André en 1967 donnent à ce bâtiment une allure uniforme et un type d’architecture qui reflète l’exotisme bavarois.

En 1998, on procède à des rénovations d’envergure de l’extérieur de la Maison de Bavière pour enfin lui donner cette architecture d’inspiration germanique.

André Lesage, très habile aux travaux d’ébénisterie et Ute Schule, artiste émérite de l’art bavarois, ne ménagent pas leurs efforts. Que de multiples travaux furent exécutés pour réaliser le rêve d’André et mettre en valeur les talents artistiques d’Ute. Tous les matériaux requis sont achetés de chez Eugène Monette à Val-David.

Les meilleurs artisans de la construction du village sont mis à contribution et notamment ; Robert Brazeau et son fils Pierre, Joseph Simard et son fils Paul, Louis-Philippe Faubert, Paul Macwillan et enfin Gérard Dubois.