L'histoire de Val-David

 


Warning: getimagesize(/home/histoirevd/public_html/img/chapelle-roumains0): failed to open stream: No such file or directory in /home/histoirevd/public_html/html/histoire_fiche.php on line 108

La chapelle des roumains. Photo Claude Proulx 2002
La chapelle des roumains. Photo Claude Proulx 2002

La petite chapelle de la communauté roumaine

par Claude Proulx (2002)

C’est sur les berges de la rivière du Nord, dans l’environnement périphérique du Pont des Roumains (1) que l’on trouve au 2210, chemin Prédéal-Trudeau, la Petite Chapelle de la communauté roumaine. Sise dans le Parc des Roumains, sur une partie du lot originaire numéro vingt-huit, dans le dixième rang du Canton Morin, à environ une dizaine de minutes de marche du noyau villageois, l’entrée principale du Parc s’affiche de façon grandiose avec son immense portail.

LA PETITE CHAPELLE DE LA COMMUNAUTÉ ROUMAINE à Val-David est considérée comme un bien historique du patrimoine religieux québécois, pour son existence au passé assez lointain et pour la conservation patrimoniale que les membres de ce groupe ethnique lui réservent depuis des décennies. L’histoire de ce petit bâtiment prend naissance au monastère des Sœurs de la Congrégation de Marie-Mère-de-Dieu à Ville Saint-Laurent en 1920.

« Au printemps de 1973, nous avions entendu parler que les Sœurs de la Congrétation de Marie-Mère de Dieu, voulaient offrir en héritage leur petite chapelle sise dans un jardin de leur monastère. C’est ainsi que pour parfaire l’aménagement du Parc des Roumains à Val-David, nous avons récupéré le bâtiment en juin de la même année. Nous avons loué une longue remorque et grâce à la collaboration de confrères roumains, nous avons transporté la chapelle à Val-David. Sur l’autoroute des Laurentides, au premier kiosque de péage, un Agent de la police provinciale nous arrête pour nous indiquer que nous n’avons pas le droit de transporter ce bâtiment sur l’autoroute et que vérification faite nous n’avons pas non plus de permis de transport. On nous somme de remiser notre chargement sur les abords de la route puis d’aller obtenir le permis de transport requis. Pourquoi avoir un permis pour transporter notre chapelle? A-t’on réclamé auprès des policiers. Le Christ lui-même, avait-il été obligé d’obtenir un permis pour traîner sa Croix? En ce beau samedi après-midi, nous n’avions pas le goût de délaisser notre chapelle sur le bord de la route et d’autant plus que plusieurs amis nous attendaient à Val-David pour son installation permanente, sur sa base de béton que nous avions préparée. Enfin après de longues harangues de la part de nos gentils Gendarmes et de fébriles justifications de notre part, les agents nous laissent poursuivre notre chemin de la Croix vers Val-David. Quel Calvaire! » c’est ainsi que le docteur Jean Taranu, président de l’Association des Roumains à Val-David nous raconte cette proverbiale histoire du voyage de la petite chapelle des roumains à Val-David.

Serti dans son cadre de verdure comme dans un écrin, cet Oratoire, petit bijou d’architecture néo-gothique et néo-classique dont s’inspirent les constructeurs depuis le dix-neuvième siècle, emprunte les motifs ornementaux du monastère des Sœurs. Il mesure deux mètres vingt de façade, sur deux mètres quarante et donne une hauteur de six mètres vingt jusqu’au faîte de sa croix. Son bâti à charpente claire est construit en bois dans sa facture originelle, puis plus tard on revêt l’extérieur de déclin d’aluminium aux couleurs de blanc et de rouge. Sur sa façade, une fenêtre en arc plein cintre surmonte deux portes ornées de panneaux sculptés sur lesquels on retrouve les lettres « M M », pour Marie-Mère. La chapelle est dédiée à Marie-Mère-de-Dieu. Le toit présente quatre versants à pignons. La chapelle est donc bien ancrée sur une base de béton et une clôture métallique entoure ce lieu de prière et de dévotion.

À l’intérieur de la chapelle existe un petit Autel sur lequel reposent des chandeliers, des images de la Madone et l’Enfant et une du Sacré-Cœur. Des reproductions couleur, d’huile sur toile et une autre marouflée sur bois ainsi que des imitations d’icônes roumaines agrémentent ce décor sacré avec divers petits objets laissés là et oubliés des prieurs depuis des décennies peut-être.

Le Parc des Roumains à Val-David, donne une superficie de deux cent soixante-trois mille huit cent neuf pieds carrés. Durant les saisons estivales, on organise régulièrement, des festivités historiques, des réunions mondaines de groupes, des pique-niques, des manifestations religieuses et sociales ainsi que des concerts de musique roumaine, activités qui visent généralement la conservation de la langue roumaine, des coutumes et des traditions de ce beau peuple. C’est ici que viennent annuellement tenir leurs assises, des représentants de groupes roumains en provenance du Canada et de l’Europe.

Merci au docteur Jean Taranu, président et fondateur de l’Association roumaine du Canada ainsi qu’à votre confrère Joseph Bota et tous vos concitoyens roumains, qui grâce à votre savoir-faire, avez largement contribué à bâtir la fierté de notre beau village.

(1) Le Pont des Roumains à Val-David a été inauguré le trente et un août 1980.