Pont des moulins Moïse Côté et fils

Cette vieille carte postale sépia pourrait montrer le pont Riverside ou encore le pont Côté (il est aussi possible qu’il montre une des premières versions du pont des moulins Belisle). BanQ

En 1896, Édouard Lagarde dit St-Jean, cultivateur à Ste-Agathe, vend à Moïse Côté et son beau-frère Joseph Ludger Allard, tous les deux commerçants de St-Martin et faisant affaire sous la raison sociale Allard & Côté, un lopin de terre situé sur le lot 37du rang 11 du Canton Morin (c’est sur ce lopin qu’est situé l’actuelle rue Blondin à Val-David); le lot est situé entre la Rivière-du-Nord et la voie ferrée du CPR . Les propriétaires ont un droit de passage de leur terrain jusqu’au Chemin de la Rivière, le 11e rang, en passant par-dessus la voie ferrée. L’année suivante, en 1897, Allard vend sa part du lopin à Moïse Côté; mais le tout s’est augmenté d’un moulin à scie, d’une maison, et d’autres dépendances. Le pont semble apparaître un peu plus tard.

En 1903, Moïse Côté et son fils Euclide, qui font maintenant affaire sous le nom de Moïse Côté & Fils, dits marchands de bois à Ste-Agathe, achètent juste de l’autre côté de la rivière, une partie des lots 35 et 36 du 10erang du Canton Morin, et y créent une servitude de passage à perpétuité; très probablement pour y permettre aussi l’arrivée de billots au moulin par l’autre côté de la rivière. Un pont est construit.Les moulins ne passent finalement pas au feu en 1903, malgré ce qui avait été annoncé dans le journal Le Canada de l’époque.

Mais les choses ne vont pas bien pour Moïse et son fils; ils déclarent faillite en 1905; la propriété est vendue sur le parvis de l’Église de Ste-Agathe le 14 septembre 1905. Les maisons, le moulin,

les dépendances sont vendues à la caisse d’Économie des Cantons du Nord. Le tout est revendu à William (Willey) Raymond en 1911. La caisse d’économie se réserve, en 1911, le droit d’enlever toute la machinerie dans les bâtiments dans les trois années suivant la vente. On peut probablement penser que c’en est déjà fait du moulin de Moïse Côté à cette époque. Les bâtiments sont encore là en 1942 quand William Raymond vend ses terrains à la United Families Association, une association juive de Montréal qui y vendra des lots pour la construction de chalets; les titres mentionnent même l’existence d’une plage qui pourrait être à proximité du pont.

Le pont y est encore en 1942 car William Raymond, le vendeur, tient à y conserver le droit de passage à perpétuité pour lui et ses descendants. Le pont et les chemins permettant de joindre le Chemin de la Rivière et la route 11 demeurent sous la responsabilité de la United Families Association. Le pont semble encore là en 1953 selon les actes répertoriés. Jean-Paul Raymond (petit fils de William) nous a affirmé qu’il a vu le pont emporté par la glace un printemps vers 1953-1954. Il semble qu’il y ait des vestiges des piliers du pont visible dans la rivière à cet endroit.

Bien sûr nous aimerions recevoir toutes les informations ou images que nos lecteurs pourraient nous fournir. Il semble que par la suite, une passerelle a été construite au même endroit (avec des « frames » de camion soudés, des câbles d’acier torsadés en acier et des planches);Monsieur Borduas, commerçant, aurait construit cette passerelle; elle permettait aux habitants du chemin de la rivière et des alentours de se rendre à son épicerie-magasin général-dépanneur « Borduas » situé sur la 117; cette passerelle aurait été également aménagée à la suggestion de la sécurité civile pour permettre l’évacuation des personnes en situation d’inondation; les inondations sont fréquentes dans ce secteur. Cette passerelle s’est abimée dans la rivière au début des années 80; selon certains la passerelle a été emporté par les hautes crues de la rivière; pour d’autres les câbles d’acier la retenant ont tout simplement été coupés par des compétiteurs de M. Borduas. Quoi qu’il en soit, l’épicerie de M. Borduas a fait faillite peu après la disparition de la passerelle.

 

Les restes de l’ancrage de la passerelle et du chemin qui menait au pont Côté. Crédit photographique Paul Carle 2019

Extrait de la matrice de la MRC des Laurentides, 2019, montrant la rue Blondin, le pont Côté, et le chemin menant au pont à partir de la route 117, chemin toujours existant.

 

2- Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 40624

3-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 40670

4-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 49028

5-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 57163

6-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 59099

7-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 129526

8-Registre foncier du Québec, Comté de Terrebonne, acte 189586

9-Référence M. Serge Gauthier, et M. Jean-Marc Ménard

 

Fermer le menu