Un panneau historique installé devant la Caisse populaire

Le Comité du patrimoine de Sainte-Agathe-des-Monts vient de produire quatre panneaux racontant l’histoire de la Caisse populaire Desjardins de Sainte-Agathe-des-Monts. Un de ces panneaux est bien en vue devant le centre de services de Val-David.

Trois autres panneaux semblables se retrouvent autour de la Caisse populaire au centre-ville de Sainte-Agathe.

Sur le panneau de Val-David, une partie des grands moments de l’histoire de la Caisse, dont l’assemblée de fondation a eu lieu le 23 avril 1945, sont relatés. On y trouve quelques images historiques, en plus des noms des présidents du conseil d’administration et des gérants de la caisse, au fil des années, entre autres informations.

Une chronologie complète

Mais les informations publiées sur ce panneau ne sauraient être complètes sans une chronologie exhaustive. C’est un travail auquel l’historien Michel Allard s’était attaqué en 1999 en collaboration avec le Comité du patrimoine de la ville de Sainte-Agathe-des-Monts dans le cadre du 75e anniversaire de la Caisse.

Vous trouverez donc ci-bas la chronologie de la Caisse populaire Desjardins de Val-David (1945-1999). C’est à partir de cette chronologie que furent rédigés les textes du panneau récemment installé à Val-David.

Téléchargez le panneau en format .PDF en cliquant sur l'image.
Téléchargez le panneau en format .PDF en cliquant sur l’image.

 

 

Chronologie de la Caisse populaire Desjardins de Val-David depuis sa fondation (1945) jusqu’à sa fusion avec celle de Sainte-Agathe-des-Monts (1999).  Version 3

par Michel Allard

Recherche réalisée par le Comité du patrimoine de la ville de Sainte-Agathe-des-Monts  dans le cadre du 75e anniversaire de la Caisse populaire Desjardins  de Sainte-Agathe-des-Monts.

L’origine des Caisses populaires Desjardins

À la fin du dix-neuvième siècle, au Québec, les temps sont difficiles. Le mouvement de migration vers les États-Unis et les villes ne se tarit pas. Les institutions financières à majorité anglo-saxonne sont presque exclusivement au service des entreprises industrielles et commerciales concentrées dans les villes. Les agriculteurs et les ouvriers ne peuvent y déposer leur argent et encore moins obtenir des prêts, même minimes. Les économies des uns dorment dans des bas de laine tandis que les autres contractent des emprunts auprès de particuliers voire d’usuriers

Le 6 décembre 1900, Alphonse Desjardins, un fonctionnaire fédéral, s’inspirant des principes d’entraide et d’éducation du mouvement coopératif, fonde à Lévis une institution d’épargne et de crédit qu’il nomme Caisse populaire. « Dans ce genre d’association, écrit-il, ce n’est pas le capital qui domine, qui fait la loi et règle tout, mais c’est la personne ».[1] Le mouvement fait boule de neige. À son décès en 1920, 140 Caisses sont disséminées dans presque toutes les régions du Québec. [2]

L’origine des Caisses populaires dans la région les Laurentides

Entre 1908 et 1945, une quinzaine de Caisses populaires voient le jour dans la région des Laurentides. Toutefois, plusieurs sont liquidées après quelques années d’opération. Tant et si bien qu’à la fondation de la Caisse populaire Desjardins de Val-David en 1945,  seules quelques-unes ont encore pignon sur rue.

La Caisse populaire Desjardins de Val-David

1945 

L’assemblée de fondation de la Caisse populaire de Val- David a lieu le 23 avril 1945. Outre René Légaré, l’initiateur du projet, on compte une douzaine de participants donc entre autres d’Assise Paquin, Philippe Laviolette, Honorius Laverdure, Aldéric Beaulne, Lucien Dubois, Léonidas Dufresne, Édouard et Émile Lachaîne, Albert Leroux et Arthur Saint-Louis.

D’Assise Paquin est élu président du Conseil d’administration. Il occupera ce poste jusqu’en 1972. Honorius Laverdure est élu vice-président et Philippe Laviolette secrétaire-gérant.

Le taux des prêts sur reconnaissance de dette est fixé à 6%, celui des hypothèques à 5% et les prêts à des corps publics à 4%.

L’abbé Adélard Roy signe la page couverture des documents de fondation

1945 :  

Le premier local de la Caisse est situé dans la résidence du secrétaire –gérant Philippe Laviolette (journalier) dont le salaire est fixé à 1$ par année. Il demeurera secrétaire-gérant jusqu’en 1972. La Caisse est ouverte tous les jours de la semaine (sauf le dimanche) de 19h à 21h.

1946 

La Caisse compte 168 membres et son actif s’élève à 6 000$.

1954

Un bail est signé pour l’occupation d’un local à l’école Sainte-Marie. Le loyer est fixé à 10$ par mois.

1954 :  

Le salaire de Philippe Laviolette, secrétaire-gérant est désormais fixé à 10$ par mois; il sera haussé  à 15$  par mois  en 1958 et à 65$ par mois en 1965.

1956 :

 Engagement du premier commis, M. André Leroux.

1960 

 Établissement de la Caisse scolaire.

1961

La Caisse compte 268 membres et son actif s’élève à 100 000 $.

1963 

Pour la première fois, une dame est présente à l’Assemblée générale annuelle.

1964 :

La Caisse consent désormais des prêts aux étudiants.

1972 

La Caisse achète pour la somme de 3 000$ un terrain avec bâtisse appartenant aux Sœurs de Sainte-Anne. Des travaux de construction sont entrepris.

1972 -1974

André Bergeron occupe le poste de secrétaire-gérant

1972-1977

René Légaré occupe le poste de président du Conseil d’administration

1973 :

Inauguration des nouveaux locaux.

1973 

Un compte est ouvert pour chaque nouveau-né de la paroisse. La part sociale de 5.00$ est un cadeau de la Caisse.

1974-1987

André Rozon occupe le poste de secrétaire-gérant.

1975 

L’implication communautaire de la Caisse est désormais soulignée au procès-verbal de l’Assemblée générale annuelle. Elle prend la forme d’une aide financière aux organismes culturels, éducatifs, sociaux, communautaires, voire économiques, de la municipalité.

1976 

Implantation d’un système informatique.

1976

La Caisse compte 1 500 membres et son actif s’élève à 1 700 000 $.

1978-1982

René Davidson occupe le poste de président du Conseil d’administration

1979

Établissement du système intercaisse.

1980 

Location de coffrets de sûreté.

1982-1986

Roger Laverdure occupe le poste de président du Conseil d’administration.

1985

La Caisse compte 2917 membres et son actif s’élève à 6 000 000 $.

1983 

Mise en vente des chèques de voyage Desjardins.

1984 

Le 11 septembre, la Caisse demeure fermée à l’occasion de la messe célébrée par le Pape au parc Jarry de Montréal.

1985

 Les commerçants peuvent utiliser le dépôt de nuit.

1986-1995

Michel-Pierre Sarrazin occupe le poste de président du Conseil d’administration

1987-1995

Yolande René de Cotret occupe le poste de secrétaire-gérant

1990

La Caisse compte 3 705 membres et son actif s’élève à 16 000 000 $.

1991 

La Caisse obtient un prix de la Fédération des Caisses de Montréal et de l’ouest du Québec pour la meilleure amélioration de sa performance financière.

1993 

 Installation du premier guichet automatique.

1994 

La Caisse obtient, parmi toutes les Caisses du secteur des Basses-Laurentides, un prix pour la courtoise téléphonique en reconnaissance de la qualité de son service à la clientèle.

1995-1999

Réal Chantelois  occupe le poste de président du Conseil d’administration

1995-1997

Pierre Durocher occupe le poste de secrétaire-gérant

1997-1999

Pierre Cousineau occupe le poste de secrétaire-gérant

1998 

La Caisse compte 5 200 membres et son actif s’élève à 25 000 000 $.

1998

Des démarches sont entreprises pour fusionner avec la Caisse de Sainte-Agathe-des-Monts. Outre la précarité financière de la Caisse de Val-David, plusieurs autres raisons, dont la concurrence de plus en plus vive dans le territoire : la nécessité d’unir les forces pour développer le marché en particulier le secteur commercial; les économies potentielles; la proximité des deux caisses ainsi que la complémentarité des caractéristiques socio-économiques de la population desservie par les deux Caisses militent en faveur du projet.

1999

Le 1ierfévrier, la Caisse populaire de Val-David et la Caisse populaire de Sainte-Agathe-des-Monts fusionnent officiellement sous le nom de Caisse populaire Desjardins Sainte-Agathe-des-Monts. La fusion technique est complétée le 12 février. Depuis lors, un centre de service dessert les sociétaires de Val-David et sa région immédiate.

Sources de documentation

Archives de la Caisse populaire Desjardins de Sainte-Agathe-des-Monts, en particulier le dossier relatif à la fusion avec la Caisse populaire Desjardins de Val-David 1998-1999,

Caisse populaire Desjardins de Val-David et Municipalité du village de Val-David. Je me souviens. (1995) Calendrier produit à l ’occasion du 50e anniversaire de la Caisse

Bélanger, Guy  (2012), Alphonse Desjardins 1854-1920, Québec, Septentrion, 688 p.

Dufresne, Marie-Andrée (1996).Val-David. Fragments d’histoire,  s.l. , 94 p.

Laurin,Serge (2002). Sainte-Agathe-des-Monts.Un siècle et demi d’histoire, Québec, Les presses de l’université Laval, 336 p.

Municipalité de Val-David et La Caisse populaire Desjardins de Val-David (1996), Val-David. Je me souviens. Calendrier publié à l’occasion du 75e anniversaire de la municipalité et du 50e de la Caisse populaire.

Poulin, Pierre (1990). Histoire du Mouvement Desjardins, tome1, Desjardins et la naissance des Caisses populaires 1900-1920, Montréal, Québec-Amérique.

Proulx, Claude (2001). Val David : son histoire, son patrimoine, Val-David, La société d’histoire et du patrimoine de Val-David, 199 p.


[1] Alphonse Desjardins « L’union des forces et le terrain économique ». 24 septembre 1910 cité dans Guy Bélanger (2012), Alphonse Desjardins 1854-1920, Québec, Septentrion, p. 221.

[2] Pierre Poulin (1990). Histoire du Mouvement Desjardins, tome1, Desjardins et la naissance des Caisses populaires 1900-1920, Montréal, Québec-Amérique p. 15 sq.

Fermer le menu