La Société d’histoire et du patrimoine de Val-David

Adresse

1312 8ème rang, Val-David, (Québec) J0T 2N0

Téléhone

514-220-3184

Les publications

Liste des ouvrages publiés et particulièrement pertinents à l’histoire de Val-David

Dufresne, Marie-Andrée; Val-David : fragments d’histoire, 1996, Val-David, 104 pages.

Proulx, Claude; Val-David : son histoire, son patrimoine, tome 1, 2001, La Société d’histoire et du patrimoine de Val-David, 204 pages.

Grignon, Edmond; Album-historique publié à l’occasion des fêtes du cinquantenaire de la paroisse de Sainte-Agathe-des-Monts, 1861-1911, 1912, Sainte-Agathe-des-monts, 233 pages.

Sarrazin, Michel-Pierre (conception), Pipon, Ève-Line (textes); Val-David, Je me souviens : calendrier 1996; 1995, Outremont, Les communications DSA Inc., 29 pages.

Laurin, Serge ; Sainte-Agathe-des-monts, un siècle et demi d’histoire, Québec, Presses de l’Université Laval, 2002, 340 pages.

(Certains de ces documents pourraient être consultés dans les locaux de la Société d’histoire et du patrimoine de Val-David. Prière de nous contacter)

Fermer le menu

La conquête des terres du nord

Au début du XIXe siècle, la population du Bas-Canada (le Québec actuel) ne cesse de croître. En un siècle, la population est multipliée par 5, passant de 350 000 personnes vers 1825 à 1 650 000 au début du XXe siècle. Bientôt, le territoire dédié à l’agriculture ne répond plus aux besoins de la population. Les temps sont durs.

L’industrialisation apparaît comme une solution, mais elle change radicalement les habitudes de vie, le rapport à l’argent, la vie familiale, le rôle des femmes et les liens sociaux. Les manufactures offrent des salaires alléchants pour qui ne peut plus vivre à la campagne, mais au prix de conditions de vie difficiles. Passant d’une vie communautaire axée sur l’agriculture à une production organisée et spécialisée, les nouveaux citadins doivent se soumettre aux règles des industries et des villes.

À partir des années 1820, de nombreux Canadiens français émigrent vers les villes de la Nouvelle-Angleterre où l’industrie de la filature exige une main-d’œuvre abondante. Entre 1840 et 1930, près de 900 000 personnes traversent la frontière dans l’espoir d’améliorer leur sort.

Pour pallier cet exode, un grand mouvement de colonisation est mis en œuvre. Des mesures sont mises en place pour inciter la population à s’approprier les vastes territoires encore peu peuplés des Laurentides, de Lanaudière, de la Mauricie, des Bois-Francs et du lac Saint-Jean.

Ainsi, débute la conquête des Cantons du Nord.