Histoire des pompiers de Val-David

 * Document complet en pdf 

 

Introduction

Toute histoire est un « work in progress », quelque chose constamment en train de s’enrichir, de se construire. Nous apprécierions, si vous aviez une ou des informations supplémentaires, si vous notez des inexactitudes, que vous nous contactiez pour que nous puissions modifier notre texte. Nous avons jeté ici les bases d’une première histoire de nos pompiers de Val-David . *1

Les pompiers de Sainte-Agathe des-monts

Val-David s’est séparé en 1921 de la Municipalité de la paroisse de Sainte-Agathe-des-monts. Celle-ci avait déjà à ce moment un service d’incendie, créé en 1908, après l’incendie majeur qui a touché son centre-ville.

Premier corps de pompiers Premier corps de pompiers

Le corps des pompiers volontaires a été incorporé en Société de bienfaisance en novembre 1911. Deux images datant de 1911 ou du début de 1912 nous montrent les pompiers volontaires de Sainte-Agathe et la liste de leur équipement :

 

 

Source : Edmond Grignon, Album historique publié à l’occasion du cinquantenaire de la paroisse de Sainte-Agathe-des-monts, 1912

Dans le même album nous retrouvons une photographie de l’hôtel de ville/poste de pompiers de Sainte-Agathe vers la même date; on y remarque à l’arrière la tour servant à faire sécher les boyaux, et les pompiers et leur équipement en façade:

Hôtel de ville et poste de pompiers

Une autre photographie nous montre le « corps » de pompiers (non datée, mais probablement des années 1915-1920) :

 

Pompiers volontaires de Ste-Agathe-des-Monts: Moïse Paquette, le patenteux de Sainte-Agathe-des-Monts, est le cinquième dans le deuxième rangée, selon l’ordre habituel de gauche à droite. Coll: Guy Piché.Tiré de Sainte-Agathe des monts, un siècle et demi d’histoire,
Serge Laurin, Presses de l’Université Laval, St-Nicolas, 2002.

La lecture des journaux de l’époque donne à penser que, après 1892, lors d’incendie majeur, des pompiers de St-Jérôme « sautaient » sur un train spécial les amenant vers le foyer d’incendie; ainsi les pompiers de St-Jérôme sont intervenus en juin 1907 lors de l’incendie majeur dans le centre-ville de Sainte-Agathe, battant le record de l’époque en faisant le voyage en 53 minutes; ils sont aussi intervenus lors de feux dans les divers moulins de Préfontaine, peut-être même celui des moulins Belisle lors du grand feu de forêt de 1903.

 

La création d’un service d’incendie à Val-David

L’examen minutieux des procès-verbaux de la municipalité de Bélisle’s Mills, crée en 1921 (devenu Val-David en 1944), ne nous permet pas de penser que la municipalité se soit préoccupée rapidement de protection incendie (se fiant probablement à l’existence du corps de pompiers de Sainte-Agathe). Silence total dans les procès-verbaux entre 1929 et 1938. En juin 1938 on parle d’étudier « l’installation possible d’un système de protection contre incendie », sous l’impulsion de Léonidas Dufresne. Il nous manque les procès-verbaux de la municipalité de 1940 à 1948 (le livre a disparu des archives municipales). Donc nous ignorons si la municipalité a donné rapidement suite à ces premières réflexions. En 1948, en février, la municipalité est dotée d’un service incendie; la municipalité achète une pompe, semble-t-il usagée, ayant appartenue à l’armée canadienne. On pense qu’il existe à ce moment un genre de service d’incendie, mais formé uniquement de bénévoles et/ou de volontaires.

 
La Première pompe à incendie était une pompe de l’Armée.
Extrait de M. A. Dufresne, Val-David fragments d’histoire, 1996

Prémonition ou prévention : le mois de mai 1948 est marqué par deux incendies majeurs qui font les manchettes partout au Québec : l’incendie de l’auberge « La belle Chaumière » derrière la gare à Val-David, et l’incendie d’une vingtaine de maisons appartenant à des familles juives sur le territoire de Val-David et de Val-Morin (le pyromane sera arrêté quelques jours plus tard et jugé inapte à un procès pour cause de maladie mentale). Les deux incendies à 6 jours d’intervalle !

 

Incendie de La Belle Chaumière. source:Le Devoir 18 juillet 1949

Les choses se mettent soudainement à bouger. L’incendie de l’auberge coûte cher à la municipalité : 145 $ pour l’aide des pompiers de Sainte-Agathe et 225 $ pour l’aide des pompiers de Val-Morin, qui seront versés en 1949. En août 1948, la Ligue Civique de Val-David (notre première chambre de commerce qui travaille fort au développement de l’industrie touristique) demande à la municipalité d’améliorer la protection incendie au village; la ville envisage la pose de bornes fontaines. Mais la municipalité fait aussi un grave constat; il y a pénurie d’eau au village; maisons, auberges manquent systématiquement et souvent d’eau; même l’école du village qui reçoit quotidiennement 80 élèves souffre de cette pénurie. La municipalité doit envisager le creusage de nouveaux puits, l’enterrement à plus grande profondeur de ses conduites d’eau (il semble que plusieurs conduites soient encore en bois). En août 48, on achète 500 pieds de boyaux incendie, de 2 ½ pouces, testé à 400 livres de pression. En décembre 48 on achète une nouvelle pompe Dunlop pour la somme de 335 $, (peut-être est-ce l’ancienne pompe de l’armée canadienne apparue tardivement dans les procès-verbaux). Le même mois, on demande à Alfred Dufresne (à qui l’on donne le titre de chef des pompiers; on ne sait pas quand il fut choisi à ce poste) de faire procéder à la construction d’un séchoir à boyaux dans la salle paroissiale. En janvier 49, Ovide Vendette reçoit le contrat de fabriquer le séchoir. Début 1949, on engage Émilien Valiquette pour faire des trous dans la glace de la rivière et des lacs et on engage Jean-Louis Lachaine pour garder ces trous dans la glace ouverts pendant toute la saison de gel.

 

Sur le théâtre de 18 incendies allumés par un pyromaniaque
Le Canada, 14 mai 1948, page 1; Source BanQ

Les pompiers volontaires de Val-David se réunissent en association au cours de l’automne 1949. Le résultat de leur première élection est le suivant: Alfred Dufresne est nommé chef, Roméo Gareau est nommé sous-chef et Sylva Noël est nommé secrétaire de l’association; les pompiers sont alors Engelbert Leroux, opérateur de la pompe, Gustave Cordeau, René Davidson, Stolan Davidson, René Frenette, Joseph Leroux, Marc Leroux, Georges Yarushevfky, et Marcel Ouimet.*2  En novembre la municipalité achète 12 paires de bottes, d’imperméables et de casques. Tout l’équipement est déménagé dans le garage derrière le magasin général de Léonidas Dufresne (il reçoit un loyer de 35 $ par mois pour l’usage de ce garage par les pompiers). Quant à la sirène d’alarme, elle est installée sur le toit du Magasin Dufresne.

 

Quand on a démoli le garage situé derrière le magasin de Léonidas Dufresne vers 2015, on a trouvé des traces de nos pompiers sur un porte-manteau qui servait à accrocher leur équipement; certains y avaient inscrit leurs noms. Collection Réjean Paquin

En février 1950, on se dote d’une tour pour sécher les boyaux, d’un garage chauffé et éclairé. Le loyer de ce garage amélioré passe à 800 $ par an. La municipalité continue à acheter son matériel incendie chez Dunlop Tire & Rubber et chez Miner Rubber Goods. En avril de la même année on achète le « traileur » de Gustave Cordeau, l’un des pompiers, pour 125 $ et en septembre deux bornes fontaines, les premières du village.

Fernand Dufresne remplace Alfred Dufresne comme chef en janvier 52. Achille Aveline et Ernest Fournelle remplacent Stolan Davidson et Marc Leroux comme pompiers; la municipalité achète une nouvelle sirène qui sera installée sur l’Église en janvier 52. L’année 1952 marque les premières réflexions pour financer et construire un véritable Département d’incendie (un Fire Department comme on l’appelle à l’époque); on continue à faire et entretenir des trous dans la glace l’hiver.

Grâce au député Blanchard du Comté de Terrebonne, le Ministère des travaux publics commence à verser à Val-David des subsides pour leur Département d’incendie. La municipalité procède en 1952 ou 53 à l’achat du terrain pour y aménager leur poste de pompier, sur la rue derrière la gare (l’ancien terrain occupé par l’auberge La Belle Chaumière qui a brûlé en 1948); elle achète aussi 8 nouvelles bornes fontaines et demande au gouvernement l’aide d’un ingénieur pour les aider à faire les plans de leur poste. Des bornes fontaines seront acquises presque à chaque année par la suite.

En Juillet 1954, la municipalité demande, via leur député, au Ministère des travaux publics, une aide correspondant à 50 % des coûts de construction du Département d’incendie et d’un séchoir à boyaux; 8000 $ pour le poste de pompier et 1000 $ pour le séchoir à boyau. Les demandes de soumissions pour la construction sont rendues publiques en janvier 1955; pour limiter les coûts, la municipalité opte pour l’achat d’un séchoir électrique plutôt que pour la construction d’une tour. La construction sera terminée en décembre 1955.

 

Ce qu’est une tour à sécher les boyaux; ici chez nos voisins de Morin Heights en 1979
 

En avril 1955 on demande un octroi du gouvernement encore une fois pour l’achat d’un camion-pompe  incendie (les premiers estimés parlent d’une somme de 12 000 $). Pendant ce temps la municipalité permet à La Sapinière de connecter son système de gicleurs par un raccordement de 8 pouces à une conduite d’eau principale; La sapinière est le seul bâtiment muni de gicleurs à Val-David à ce moment.

En novembre 55, la municipalité accepte la proposition d’achat d’un camion FWD (four weel drive) chez Lauzon Équipement (pour la somme de 6595 $); faut ajouter à cette somme 6500 $ pour l’installation par Pierre Thibault à Pierreville de l’équipement incendie dont la pompe. Plusieurs des anciens pompiers de Val-David se souviennent de ce camion, de sa transmission difficile (entre autre du mélange des 4è et 5è vitesse), mais aussi de sa capacité à aller n’importe où. *3 Le camion sera livré au début de 1956.

 

Ancienne photographie des pompiers de Val-David, dans les années 1950, probablement devant la caserne derrière la gare, le
premier poste de pompiers, avec entre autres Francis Paquin, Engelbert Leroux, Roméo Gareau et ??? (aidez-nous). Collection
SHPVD.

 

Notre « beau » premier camion de pompier, maintenant bien conservé au Musée des Sciences et Technologies et souvent exposé

(en 2012-2013 à la Cité de l’énergie à Shawinigan). Collection Musée des Sciences et des technologies.
 

 

( 471) C-56-1028: 1956 FWD S-500 1Thibault: Val-David, Qc. Photo © Bertrand Campo: source Canadian fire truck archive/La Bibliothèque des camions de pompiers du Canada ( 1956)

 

Poursuivre l’histoire des pompiers.

 
 

 *1  L’auteur tient à remercier Messieurs Michel Légaré, Yvan Lachaine, Réal Dufresne, Claude Prévost, et Jacques Perreault, tous anciens pompiers de val-David, pour leur collaboration à la recherche.

*2 Informations extraites de M.A. Dufresne, Val-David, fragments d’histoire)

*3 Selon les dire de Jacques Marenger et Michel Légaré

Fermer le menu