Le sentier Gillespie et ses fondateurs

Par Claude Lavallée et Gilles Parent

Le texte a été publié dans le journal Ski-se-dit en février 2005, en page 15. Les deux auteurs étaient alors membres de la Société du parc régional Dufresne Val-David/Val-Morin.

Il est difficile de parler du parc régional Dufresne sans faire mention du sentier Gillespie qui le traverse. En effet, le défrichage de ce sentier, fut réalisé en 1929 par les membres de la famille Gillespie pour aider les enfants à se rendre à l’école de Sainte-Agathe-des-Monts. Deux ans plus tard, le sentier s’allongera en sillonnant les-territoires entre monts et vallées de Val-David, jusqu’à l’hôtel Far Hill’s Inn à Val-Morin, pour se terminer à l’hôtel Chalet Cochand de Sainte-Marguerite-du-lac Masson. En peu de temps, ce tracé en forêt deviendra une autoroute pour skieurs.

La famille Gillespie

Les Kerr-Gillespie étaient reconnus comme de grands enthousiastes du ski, même si parfois la mère trouvait cette activité dangereuse pour ses fils, qui prenaient de plus en plus de risques. Alex Kerr-Gillespie, champion. québécois de ski de fond, fut le premier instructeur de ski de Val-David, à l’école de ski de l’hôtel La Sapinière en 1937.Le sentier Gillespie, qui passe sur le territoire de Val-David, devait emprunter la terre de la famille Lachaîne, pour aboutir sur celle des Laverdure du chemin Doncaster. De là, pour éviter les pentes raides du groupe de montagnes qui inclut le futur mont Plante, les Gillespie ont décidé de passer sur les terres de la famille Guindon. Ils ont ensuite traversé le futur chemin qui mènerait à Sainte-Marguerite, nommé plus tard Montée Gagnon. Par la suite, ils ont traversé le domaine des Frères des Écoles chrétiennes pour faire étape à l’hôtel Far Hill’s Inn, de Val-Morin. Ce nouvel hôtel qui n’existait que depuis peu, était situé à proximité des lacs Lavallée et La Salle. De là, la longue marche dans un territoire beaucoup moins escarpé et couvert de zones humides et gelées qui les mènera éventuellement au Chalet Cochand, hôtel fondé par la famille Cochand, originaire de Suisse.

Les Kerr-Gillespie ont balisé leur sentier avec des plaquettes de métal d’une croix jaune sur fond bleu, à l’effigie du drapeau de la Suède.

Aujourd’hui, la mémoire des Kerr-Gillespie se perpétue grâce à madame Patricia Gillespie-Crocket, résidante de Sainte-Agathe, fille de Joan Kerr-Gillespie, qui nous raconte ce qui suit: « Durant l’année 1919, madame Elisabeth Riley Kerr, une récente veuve de la première Grande Guerre, accepta une proposition de mariage de Cornelius Gillespie. C’est à la ferme Gillespie, qui avait été acquise en 1901 par Cornelius lui-même, que madame Riley Kerr, devenue l’épouse de ce dernier, emménagea avec ses quatre enfants; Jean, la plus vieille avait neuf ans, Thomas avait sept ans, Gault quatre ans et le petit dernier, Alexander avait tout juste trois mois. Collen a été la dernière addition à la famille en 1927.

« Ce fut sans aucun doute un moment décisif pour tous! Peu de temps s’est écoulé avant que tous les enfants soient sur les skis. Marcher dans la neige profonde pour se rendre à l’école n’était pas une tâche facile. Mais à l’âge de sept ans, quand Gault a vu son premier skieur dans la région, il a demandé à son père de lui fabriquer des skis pour lui et ses frères et soeur. « Les premiers skis ont été bricolés avec des planches de barils et des lanières de cuir comme fixations. Cependant les bâtons de ski ont été fabriqués dans les règles de l’art, avec du bambou.

« Quand le plus jeune garçon, Alex, s’est retrouvé seul pour se rendre à l’école, il a demandé à ses frères de lui ouvrir un sentier, de la ferme familiale Gillespie jusqu’au bâtiment à aire ouverte qui servait d’école située sur le chemin Brunet. Ce fut la naissance de la première partie du sentier de la Gillespie (1929). La seconde partie du sentier partait de la maison familiale en contournant le mont Catherine (qui faisait partie des terres des Gillespie) pour rejoindre le village de Sainte-Agathe. En 1930, la troisième partie, qui commençait à l’école, fut allongée jusqu’à l’hôtel Far Hill’s Inn de Val-Morin, pour se poursuivre l’année suivante jusqu’au domaine de la famille Cochand, qui possédait l’hôtel Chalet Cochand à Sainte-Marguerite-du-lac-Masson.

« La nécessité étant la mère de l’ingéniosité, pas surprenant qu’ils aient ouvert ce sentier. Toute personne sensée ne pouvait se déplacer rapidement en forêt, sans emprunter des sentiers de ski et chausser des skis.

« Plus tard, les frères Kerr-Gillespie ont décidé de concentrer leurs talents, en ayant leur propre école de ski. L’histoire du ski des frères Kerr-Gillespie est énorme. Tout a commencé à la fin des, années 1920 pour se poursuivre durant les années 1930 et jusque dans les années 1940. Les premières courses à skis furent tenues par le Club sportif de Sainte-Agathe-des-Monts, sur des distances variant entre 5 et 8 milles, selon l’âge des participants, du parcours et, plus particulièrement du poids des planches de barils dont les coureurs se servaient.

 « Alex avait douze ans quand il a gagné sa première course de 5 milles. Les frères Kerr-Gillespie ont dû attendre jusqu’en 1932 avant d’avoir leurs premiers skis de bouleau faits à la main. Les journées de compétitions, Tom, Gault et Alex partaient de la ferme familiale à skis, afin de se rendre aux courses, partout où elles avaient lieu dans les Laurentides. À la fin de l’événement, ils revenaient à la maison à skis. Les Kerr-Gillespie ont gagné leur réputation en remportant la majorité des courses de skis auxquelles ils participaient. On les surnommait « les hommes de fer » pour leur force et leur endurance. Ils participaient aux courses en skiant avec de l’équipement peu raffiné dans des parcours primitifs, luttant à tous les instants pour mettre la chance de leur côté.

« Tom; un casse-cou par choix, a été champion skieur des Laurentides. Un jour, alors que ses parents revenaient à la ferme familiale en traîneau tiré par un cheval, ils ont aperçu le jeune Tom à skis qui volait dans les airs! Tom avait réussi ce saut au-dessus d’eux en préparant une piste qui partait du haut du toit d’un des bâtiments de la ferme.

« Gault était aussi extraordinaire. Il était non seulement champion dans les Laurentides, mais aussi celui du Québec et du Canada. Il a décroché le championnat de ski de fond du Dominion (du pays) à deux reprises: en 1939 et 1940. Gault Kerr-Gillespie a été intronisé au Temple de la renommée du ski canadien le 1 er novembre 1987. Quatre années plus tard, le 26 octobre 1991, Alexander et Gault étaient à leur tour intronisés au Temple de la renommée du ski des Laurentides. Gault fut choisi pour faire partie du jury aux jeux olympiques de 1979 de lac Placid, pendant que Val-David fêtait le 50e anniversaire du sentier Gillespie. Malheureusement, dans sa jeunesse, il n’a pu participer aux jeux olympiques d’hiver de 1940, annulés à cause des hostilités de la Deuxième Guerre mondiale.

« Alex est né sur des skis. Il fut aussi champion dans les Laurentides et du Québec. Il a atteint son apogée en gagnant la course Taschereau du mont Tremblant en 1937, 1938 et 1939. Un record qui demeure inégalé.

« Les frères Kerr-Gillespie ont consacré plusieurs années de leur vie à enseigner le ski. Particulièrement Gault, qui s’est dévoué pendant plus de 50 ans, dont de nombreuses années passées à l’organisation du Ski Club Deux-Montagnes et, comme président de ce club pendant 13 ans. La municipalité de Deux-Montagnes a dédié un parc municipal en son honneur.

« Tom a contribué à la planification des sentiers de ski sur le domaine des pères Oblats à Sainte-Agathe-des-Monts. Il a aussi appris à ces religieux à fabriquer un fartage spécial pour skis. Plus tard, dans sa vie, il est allé vivre à Wabush au Labrador, où il continua d’être actif en participant à la fondation du Ski Club local. Alex a passé plusieurs années à enseigner les techniques du ski alpin et nordique dans différentes stations de ski des Laurentides. De plus, il a été un des membres fondateurs de l’Alliance des moniteurs de ski du Canada.

 « Gault Kerr-Gillespie est né le 2 mars 1915. Il est décédé le 31 décembre 1991. Thomas Kerr-Gillespie est né le 9 octobre 1912. Il disparut le 15 mars 1998. Alexander Kerr-Gillespie est né le 5 février 1919. Il est mort le 4 février 1998.»

Suite à ces précieux détails sur l’histoire de la famille Gillespie, je n’ai pu résister à poser cette question : —Madame Gillespie-Crocket, allez-vous skier souvent comme vos aînés ?La réponse a été toute une révélation pour moi. « Non, je ne fais pas de ski,m’a-t-elle répondu.

Les gens venus d’ailleurs comme les Johannsen, Brett, Maupas, Kerr-Gillespie, Cochand et, plus tard Toni Walsh d’Autriche, qui sera en 1949 le premier instructeur de ski du mont Plante, ont introduit une activité physique qui intéressera d’autres gens venus d’ailleurs, comme nous, incités par cela à s’installer dans les Laurentides.

Cependant, est-il nécessaire de préciser que cette activité n’a été possible que grâce à la générosité des propriétaires de la région. Pendant des décennies, ils ont gracieusement donné accès à leurs terres et à une nature dont la beauté serait elle aussi restée étrangère à des milliers de skieurs, n’eut été de cela. Aujourd’hui que cette ouverture de coeur et d’esprit est moins à la mode, rendons hommage à celles et ceux qui avaient compris, jadis, que la nature n’est un bien que si elle est un bienfait pour tous.

 

Pour compléter

Barclay Fortin est un blogueur qui fréquente les sentiers de la province. Il a régulièrement fréquenté le sentier Gillespie et fait part de ses impressions avec des textes et de bonnes photos en 2015, 2018 et 2019.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fermer le menu