Le village du Père Noël

Claude Proulx (2002), Daniel Deslauriers (2018) et Paul Carle (2019)

En 1953, Réal Rousseau résidant à Montréal et Jacques Melchers à Sainte-Adèle, ont une vision qui relève du fantastique: offrir aux citadins l’opportunité de s’éloigner des grands bruits de la ville et de trouver un endroit paisible et agréable où se confondraient la réalité et la fiction. Ils donnent la préférence à Val-David pour venir y bâtir le Village du Père Noël et ainsi offrir aux tout-petits et leurs parents de vivre en été, une magnifique aventure, le moment magique de la rencontre avec le Père Noël. Le Village du Père Noël est situé au 987, de la rue Morin à Val-David. Sur le plan cadastral, il occupe une partie du lot 27, dans le dixième rang du Canton de Morin.

D’après ce que les Anciens nous ont raconté, durant le mois d’août de 1849, Jean-Baptiste Dufresne s’approprie le lot 27 d’une superficie de 74 acres, dans le 10e rang du Canton de Morin. À cette époque ce lieu se trouve dans la partie Nord de Sainte-Adèle. Le fils Léon-Hormidas Dufresne hérite du lot 27, de son père Jean-Baptiste et de sa mère Flavie Ménard, selon l’acte de donation fait par-devant le notaire J.P. Bazin, le 26 juillet 1902.

Le trois mars 1926, un dénommé Georges Zgeb, le bâtisseur de l’épicerie—restaurant Au Petit Poucet, achète les 74 acres de Léon Hormidas Dufresne, puis le 23 octobre 1945, c’est Raymond-Louis Burdairon qui se porte acquéreur du terrain. Ce dernier devient alors le nouveau propriétaire et le Maître cuisinier du fameux restaurant Au Petit Poucet, qui deviendra voisin du Village du Père Noël.

 

La naissance du Village du Père Noël

 

Le 12 juin 1953, Réal Rousseau marié à Béatrice Day, résidants à Montréal et Jacques T.Melchers, résidant à Sainte-Adèle, achètent de Raymond-Louis Burdairon, un grand terrain, partie du lot 27, qui donne une superficie de 347 458 pc, et ils y construisent, dès l’automne de cette même année, Le Village du Père Noël. Ce terrain de mesures inégales, part de la route 117 vers l’est sur la rue Morin. En 1978, on achète d’une voisine, madame L. Plessis-Bélair, une parcelle de terre d’une superficie de 64 123 pc, pour agrandir le domaine d’exploitation, ce qui lui donne une superficie totale de 411 581 pc, celle que nous connaissons aujourd’hui.

Dès sa première année d’ouverture en 1954, les enfants et leurs parents, citadins et des villages des Laurentides viennent en grand nombre visiter le Village du Père Noël à sa maison d’été à Val-David.

source: Coderre. Val-David _ BAnQ numérique

À la requête des tout-petits le Père Noël vient passer l’hiver de 1954-55 à Val-David. Le Père Noël, trouve que sa maison à Val-David devrait être mieux isolée, et de plus comme il est très occupé à superviser la fabrication des jouets par ses Lutins à sa maison dans le Grand Nord, il préférera ne plus revenir à Val-David durant les hivers. C’est ainsi que le Père Noël ne revient à Val-David que durant les étés pour visiter ses amis et leur demander ce qu’ils souhaitent en cadeaux pour Noël. On me laisse entendre que le Père Noël devrait revenir pour le Noël 2003… Bonne nouvelle. !

En 1980, la relève se manifeste et c’est Eric Rousseau, fils de Réal, qui devient le nouveau propriétaire exploitant du Village du Père Noël. Durant sept années, Eric Rousseau, malgré ses efforts, ne réussit malheureusement pas à faire progresser le Village. C’est ainsi que son père Réal, qui possède toujours des parts dans l’entreprise, confie en 1987, à son frère Jacques, qui possède une formation en économie et informatique, le soin de superviser la gestion du Village du Père Noël.

 

La relance du Village

Jacques Rousseau, marié à Denise Chabot, se porte acquéreur du Village du Père Noël en 1988. Des investissements majeurs y sont faits pour améliorer non seulement la gestion mais les bâtiments qui donneront un nouveau souffle à l’entreprise familiale, en y ajoutant des attraits nouveaux. Jacques et Denise y consacrent temps, sacrifices et efforts On ne lésine pas sur les meilleurs moyens pour satisfaire la clientèle qui s’accroît dès la première année de cette nouvelle gestion et continue d’augmenter à grande vitesse pendant plusieurs années.

Une autre relève se présente

Martin Rousseau, le fils de Jacques, travaille les étés avec ses parents au Village de 1989 à 2000. Les hivers, Martin un jeune homme brillant et talentueux, est professeur de ski alpin dans les Rocheuses et ensuite dans les Alpes Suisses où il y rencontre en 1991, son amour caché dans les montagnes. Il se marie en 1994 avec May Haussener, une Suissesse, devenue une charmante Québécoise. Du couple Martin et May Rousseau, naîtront deux enfants à Val-David : une fille Zoé, née en 1996 et un garçon Yann, en 1998.

Durant le mois de mai 2001, Jacques Rousseau, le père, vend à son fils Martin, les parts qu’il possède dans le Village du Père Noël. C’est ainsi que Martin Rousseau en devient le nouveau propriétaire. Depuis le mois de mai 2001, Martin et May ont continué de faire évoluer l’entreprise d’une manière admirable. Des améliorations constantes et suivies s’exercent, de nouvelles attractions s’érigent, et grâce à cette nouvelle et jeune gestion dynamique, la fréquentation des visiteurs s’accroît considérablement.

Derrière la grosse barbe blanche du Père Noël se cachent diverses personnes et notamment les noms suivants sont à retenir dans notre livre d’histoire : Yvan Lapointe, Fernand Massé et Gérald Laforest.

Le Village du Père Noël qui a une grande incidence économique dans notre Village et qui embauche au-delà de 40 employés durant les étés, s’est mérité les honneurs des Grands Prix du Tourisme québécois en 1997 et en 2001. L’ère du modernisme des communications permet aux intéressés de communiquer avec le Père Noël et lui envoyer une lettre personnelle par Internet en faisant le : www.noel.qc.ca .

Le tout Val-David, est fier de la présence du Village du Père Noël sur son territoire, qui fait le bonheur de notre beau coin de pays dans les Laurentides.. Val-David, un Monde à Part et à Partager, est bien la devise qui nous représente par ses valeureux et dynamiques promoteurs et exploitants que sont les membres de la famille Rousseau à qui nous adressons nos plus sincères remerciements.

Claude Proulx

———————————————-

En 2018 le Village du Père Noël célébrait son 65 ème anniversaire : un article de Daniel Deslauriers le soulignait dans l’Information du nord (Ste-Agathe) le 19 décembre 2018

Le Village du Père Noël: 65 ans de magie

C’est un anniversaire bien spécial pour le Village du Père Noël de Val-David qui célèbre cette année son 65e anniversaire de fondation.

Le village du vieux bonhomme à la barbe blanche a traversé toutes les époques en divertissant des milliers de familles de partout. « Aujourd’hui, les premiers enfants qui ont visité le site, en 1953, reviennent nous voir en compagnie de leurs petits-enfants », souligne le lutin en chef de cette belle aventure, Claude Rousseau, qui est l’un des sept actionnaires de l’entreprise.

Les débuts

C’est son oncle Réal qui a eu l’idée de créer de toute pièce ce parc d’attraction au début des années 1950. D’où vient l’idée? « On ne le sait pas. Tout ce que je peux dire, c’est que mon oncle était un excentrique. Il a mené à terme toute sorte de projets au cours de sa vie », nous dit M. Rousseau. Il fallait être visionnaire ou peut-être un peu culotté pour se lancer dans une telle aventure, à une époque où les parcs d’attraction étaient plutôt rares en dehors de Montréal.

Comme toute entreprise, le Village du Père Noël a connu des années creuses, mais a toujours su rebondir. « Au début, il n’y avait pas grand-chose. Des animaux de ferme dans un coin, quelques ours dans l’autre et, bien sûr, le père Noël. C’était plutôt passif comme parc d’attraction », raconte Claude Rousseau.

Depuis, la direction du Village a dû se mettre à la page en investissant massivement dans ses activités. « Notre succès repose sur cinq grands piliers: le père Noël, les animaux de ferme, les jeux d’eau (introduits en 2012), la section hébertisme et les spectacles de magie. »

« Ce qui compte pour nous, c’est de faire vivre une expérience aux familles. Il faut que les gens repartent d’ici et en parlent pendant longtemps. On veut créer un moment magique pour les enfants en misant sur l’estime et le dépassement de soi. Notre succès, on le doit en bonne partie aux commentaires recueillis sur les réseaux sociaux », poursuit M. Rousseau.

Le Village du Père Noël, c’est aussi une organisation profondément impliquée dans sa communauté. Chaque année, avec la complicité de Centraide, le Village accueille gratuitement une vingtaine de groupes d’ici et d’ailleurs issus de milieux défavorisés.

Et l’avenir maintenant? « On aimerait bien accueillir les familles pour une autre génération au moins. On a encore beaucoup à offrir et nos clients peuvent espérer de belles surprises cet été encore », conclut le lutin en chef.

Daniel Deslauriers

 

Pour compléter

Des photos des débuts du village du père Noël

Un article paru en 1954 dans le journal La Gazette des campagnes. 

Entrevue en 2016 avec Claude Rousseau

Le vrai Père Noël 

Fermer le menu